• Français
  • English

Mes trucs et astuces simples pour une présentation efficace

Publié sur 0 Commentaire 3 min. de lecture

Etudiant, j’adorais faire les présentations Powerpoint. C’était mon « dada ». Chacune d’elle était pensée comme une oeuvre d’art et mes collègues savaient que Bibi était le seul à pouvoir rendre intéressant un sujet aussi pesant que le malaise au travail. J’avais quelques astuces (très) simples qui me servent toujours.

1.’Less is more’

Pris tout seul, mon support visuel ne doit pouvoir restituer qu’un tiers de ma présentation. Ce ratio fondamental m’oblige à maîtriser mon sujet et force mon auditoire à se concentrer sur ce que je dis et non sur ce qui est écrit. Exit les fiches bourrées de notes qui laissent transparaître une insécurité. Si j’oublie un point, c’est que mon cerveau ne le jugeait pas assez pertinent (même s’il l’est). Tant pis! C’est mieux que de sciemment faire impasse sur un sujet ou de se mettre en difficulté en abordant un aspect sur lequel je ne suis pas à l’aise.

2. L’introduction est capitale

Je privilégie trois approches pour embarquer mon audience dans mon récit:

  • L’accumulation des faits les uns à la suite des autres pour que ma problématique s’impose comme évidente: « IKEA qui lance une collection en édition limitée en collaboration avec des designers africains, Maison Château Rouge qui collabore avec La Redoute, Atelier Beaupaire s’associe à Camaïeu , d’où l’intérêt de se poser la question: le Wax est-il juste une tendance ou bien représente-t-il une véritable opportunité?« 
  • L’énumération des chiffres: En Afrique, le taux de pénétration mobile frôle les 80% et continue de croître au rythme de +4,2%. En 2020, 8 africains sur 10 seront dotés d’un mobile et le secteur de la téléphonie mobile devrait apporter plus de $50 milliards à l’économie de l’Afrique de l’ouest d’ici 2022. Et si le Mobile Banking était le futur du continent Africain?« 
  • Le choix d’une situation de la vie courante comme exemple: « Il est 20h, vous avez un creux, il n’y a rien dans le frigo, votre partenaire n’est pas là et vous ne pouvez pas vous absenter en laissant les gosses seuls… Comment Uber Eat change-t-t-il nos habitudes consommation?« 

3. La règle des « 3-3-3 »

3 niveaux de titres, 3 couleurs pour la charte graphique et 3 parties. C’est tout. Personnellement, j’aime partir d’une couleur principale que je dégrade pour les titres principaux, les titres de niveau 2 et les sous-titres. Pour les polices, j’opte pour une association d’une typographie très épaisse et d’une police plus « light ». Les polices trop fantaisistes sont des risques inutiles qui peuvent discréditer les propos.

4. Aucune image superflue

Une image vaut mille mots! Pas question de mettre une photo pour faire « joli » ou meubler l’espace. Chacune des images que j’utilise doit être méticuleusement sélectionnée et doit apporter de la valeur ajoutée. Sont proscrites les images de mauvaise qualité, je classe toujours les résultats dans Google Images par taille pour ne garder que les plus grandes. Et lorsque je veux absolument une image que je possède en piètre qualité, j’utilise une fonction beaucoup trop sous-estimée de Google: Clic Droit > « Rechercher une image avec Google ». Ça me permet de retrouver la même image, de meilleure qualité.

5. Du rythme bébé!

Gérer son rythme et sa gestuelle est sans doute la chose la plus complexe. Pour ma part, j’estime que si faire 10 slides pour une phrase peut m’aider à construire un scénario à base de mots et/ou chiffres percutants en gros et en gras, alors je fonce, un peu comme dans cette vidéo. J’aime aussi faire preuve de spontanéité en laissant parler mes émotions: si je perds mes moyens, que j’ai soif ou que j’en ai marre d’être debout, je le ferai savoir (avec humour). Et mon « kiff », c’est de finir sur une phrase ou citation drôle/percutante qui se prête au contexte.


Au fait – Techniquement, il existe aujourd’hui des tas d’outils qui permettent de faire des présentations carrées et visuellement efficaces. Mais lorsqu’on est en terrain inconnu – qu’on ne sait pas si son ordinateur sera compatible, la connexion va fonctionner ou si notre mise en page ne va pas partir en vadrouille – rien ne vaut le bon vieux PDF qui passe partout.

Wilfried ESSOMBA-KEDE
signature

Abonnez-vous pour recevoir du contenu exclusif

Recevez les dernières publications et mes trouvailles (secrètes) sympas!

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il n'y a pas encore de commentaire.

Précédent
Avec quels gars afro-français connus pourrais-je être pote?
Mes trucs et astuces simples pour une présentation efficace